Entre 4 Murs

Dois-je rénover? Ou dois-je vendre? Telle est la question

Avant de décider de rénover, nous avons longtemps tergiversé à savoir s’il n’était pas préférable d’acheter une nouvelle maison et de déménager au lieu de se casser la tête à rénover. Notre vie est déjà assez chargée ! Nous avons attaqué la question sous toutes ses coutures. Quels étaient les avantages de vendre versus ceux de rester.

Si vous devez, vous aussi, prendre une telle décision mais ne savez pas comment y arriver, voici quelques questions à vous poser. Afin de vous aider à y arriver, j’ai conçu une grille facile à utiliser et très pratique.

Dois-je rénover ?

  1. Tout d’abord, faites la liste des besoins que votre propriété ne comble pas, ou ne comblera pas dans un futur rapproché, suivant l’évolution de votre situation familiale. Dans notre cas, nous recherchons plus d’intimité étant donné la proximité des chambres à l’étage, nous avons besoin de deux lavabos dans la salle de bain principale alors qu’il n’y en a qu’un, notre entrée doit être plus vaste, et j’en passe…
  2. Je vous suggère aussi de répertorier les «irritants» que vous décelez dans votre intérieur. Par exemple, ma cuisine possède des comptoirs de céramique absolument horribles autant au niveau du look qu’au niveau entretien et ses espaces de rangement sont nettement insuffisants. Et ce n’est qu’un exemple parmi une longue liste.
  3. Faites estimer la valeur actuelle de votre propriété par un estimateur agréé. Non seulement cette information sera bien pratique si vous choisissez, finalement, l’option de vendre, mais elle sera sûrement très utile pour votre banquier advenant que vous deviez demander un prêt ou une hausse d’hypothèque pour payer vos rénovations. Cela vous permettra aussi d’évaluer la rentabilité de vos rénovations versus la valeur de revente potentielle.
  4. Évaluez les coûts potentiels des rénovations que vous désirez effectuer pour arriver à combler tous vos besoins et à éliminer les irritants que vous avez notés. Additionnez les frais de main-d’œuvre, de services professionnels, de permis, de matériaux, d’assurances, etc.
  5. Enfin, se demander combien de temps nous pensons habiter la maison un coup les rénovations faites est une autre variable à considérer. Comme je compte encore rester dans ma maison pour un minimum de 10 ans puisque l’école secondaire des enfants est située à une courte distance à pied, je considère rentable d’investir afin que toute la famille y soit bien à l’aise pendant les 10 prochaines années.

Ou dois-je vendre ?

  1. Faites une recherche sur le site www.realtor.ca ou sur les sites d’entreprises via lesquelles les propriétaires vendent sans intermédiaire pour trouver des maisons qui répondent à vos besoins. Validez le nombre de pièces désirées, leur superficie, le type de propriété, son aménagement intérieur, le secteur, le prix et s’il y a des rénovations à effectuer selon les photos qui vous sont présentées, tentez de les estimer. Cela affectera nécessairement le coût total que vous devrez attribuer à votre achat. Après avoir fait cet exercice, j’ai vite compris que je n’avais pas les moyens de mes ambitions… mais surtout, que la designer que je suis ne trouvait pas de maisons qui la satisfaisait au niveau design à moins de payer un prix exorbitant, et encore !
  2. Évaluez les frais reliés à la vente tels la commission du courtier immobilier (en moyenne 5% de la valeur de la vente), les frais de notaire, de déménagement, le coût d’une valorisation résidentielle (Home Staging) et les frais pour menus travaux afin de mettre votre maison bien en état si nécessaire pour une vente optimale.
  3. Si vous vendez, c’est nécessairement pour racheter un autre bien immobilier. Cette action conséquente incombe aussi des frais tels ceux du notaire et ceux reliés à la taxe de mutation (communément appelée taxe de Bienvenu) notamment, qui ne sont pas négligeables.
  4. Parce que tout ne se calcule pas en dollars, il faut aussi penser à l’impact qu’aura un déménagement sur notre famille et nos proches. Aussi, est-ce que notre quotidien, dans notre quartier, nous manquera ? Autant de questions émotives importantes à considérer.

Après avoir analysé ces deux options, j’en ai conclu qu’il valait mieux rénover. Il est certain que cette décision affectera mon quotidien au bas mot pour minimum 8 mois mais je considère que c’est «un mal nécessaire» puisqu’une fois les rénos terminées, nous aurons une maison bien pensée et je (la designer d’intérieur) serai enfin «un cordonnier bien chaussé» !

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *